1. Home
  2. L'UTT
  3. News

ANR Flash Covid-19 : 2 projets impliquant le L2n (ERL CNRS 7004) retenus

Publié le 24 avril 2020 Mis à jour le 24 avril 2020
Bâtiment de recherche de l'utt. - Sylvain Bordier
Date(s)

le 24 avril 2020

Dans le contexte exceptionnel lié à l’épidémie de Covid-19, l’ANR a lancé, en mars dernier, un appel à projets spécifiques, avec un processus accéléré d’évaluation et de sélection sur Covid-19 (coronavirus disease 2019) : Flash Covid-19, doté d’un budget initial de 3 M€ et ciblé sur quatre priorités identifiées par l’OMS.

Les projets déposés devaient cibler l’acquisition de connaissances avec un impact potentiel attendu dans les 18 mois suivant le financement.
Au terme du processus d’évaluation, le comité scientifique d’évaluation a proposé pour financement immédiat 86 projets dont AcOstoVie, projet déposé en partenariat avec le laboratoire Lumière, nanomatériaux, nanotechnologies de l’UTT (L2n – ERL CNRS 7004) et une liste complémentaire de 40 projets, dont DRD-19, déposé par le L2n.
Le montage de ces projets s'est effectué en 4 jours seulement, illustrant la réactivité des enseignants-chercheurs et des services de l'UTT, en particulier de l'administration à la recherche.
 

AcOstoVie : Biocapteurs acoustique et optique pour le diagnostic rapide de CoVid-19 sans marquage

Le projet AcOsToVie "Acoustic and optic biosensors for label-free COVID-19 fast diagnosis" ("Biocapteurs acoustique et optique pour le diagnostic rapide de Covid-19 sans marquage") sélectionné dans le cadre de l’appel à projets spécifiques ANR Flash Covid-19, implique des biologistes, des physiciens et le monde de l’entreprise. Il est coordonné par le Dr Pascal Leblanc (CR-CNRS) de l’Institut NeuroMyoGène - INMG (Université Claude Bernard Lyon1), en partenariat avec Patricia Jeandel, directrice de la société Cristal innov, entreprise spécialisée dans la synthèse de monocristaux de quartz à microbalance, et Elena Ionescu, enseignante-chercheuse au sein du L2n, à l’UTT.
Elena Ionescu a été sollicitée par le Dr Pascal Leblanc, collègue virologue, pour son expertise en biocapteurs nano-structurés à détection optique et acoustique, appliqués au diagnostic médical.

Le projet AcOstoVie concerne l’utilisation d’une nouvelle stratégie basée sur le biocapteur Quartz Crystal Microbalance (QCM) pour détecter la présence du virus COVID-19/SARS-Cov2 dans un échantillon biologique mais aussi d’évaluer la réponse immune (sérologie) des patients infectés.
L’objectif est de proposer un dispositif portable permettant de détecter en moins de trente minutes soit le virus, soit les anticorps induits par le Covid-19, dans un échantillon de fluide corporel, en garantissant la spécificité (le capteur ne reconnait que ce virus ou les anticorps) et une limite de détection basse (le capteur détecte de très faibles concentrations de virus ou d’anticorps). Il est également prévu d’intégrer au dispositif un système permettant de stériliser (détruire le virus) afin de réutiliser la surface nano-structurée active du biocapteur.
L’utilisation d’une double détection (acoustique grâce au cristal de quartz et optique grâce à la nano-structuration) constitue une des originalités du projet et assurera la fiabilité du diagnostic. Il n’existe pas actuellement sur le marché de dispositif portable qui propose cette double détection.
Ce projet sera réalisé en collaboration avec les Hospices Civils de Lyon (HCL).

C’est un grand challenge pour l’UTT et le L2n qui ont toutes les compétences nécessaires pour mener à bien ce projet, grâce à la complémentarité des personnes impliquées : Christophe Couteau, directeur du L2n, sur les aspects optiques et intégration du dispositif, Elena Ionescu, sur les aspects biocapteurs et diagnostic médical, le personnel et les équipements indispensables en nano-structuration et caractérisation via la plateforme Nano'Mat.
 

DRD-19 : Dépistage rapide et décentralisé́ du Covid-19 par capteur plasmonique portable à amplification isotherme

Face à la forte mobilisation des communautés scientifiques dans le cadre de l’appel Flash Covid-19, d’autres partenaires financeurs dont la région Grand Est, ont manifesté leur souhait de s’associer en complémentarité et d’apporter leur soutien directement à des projets sélectionnés. Le projet "Dépistage rapide et décentralisé́ du Covid-19 par capteur plasmonique portable à amplification isotherme" – DRD-19, déposé par Aurélien Bruyant, enseignant-chercheur au L2n, va bénéficier d’un soutien financier de la région Grand Est.

Le projet vise à répondre au besoin critique d'outils décentralisés de dépistage rapide, en abordant la question clé de la portabilité des essais et des capteurs. Des moyens de détection rapides et performants manquent largement aux milliers de points de contrôle médicaux nationaux et au-delà. Les approches décentralisées peuvent constituer un atout majeur au service de la résistance du système commun de protection sanitaire et sécuritaire pour cette crise comme pour les suivantes. Le système de mesure compact et sur batterie développé ici combinera plusieurs avancées, via des collaborations académiques et industrielles :
  • Au cœur de la technologie de mesure, un module plasmonique ellipsométrique ultra compact, breveté par l’équipe et impliquant la startup auboise PhaseLab Instrument. (https://www.phaselabinstrument.com/biosensors.html)
  • La fabrication à grande échelle de biopuces jetables est ici envisagée par une technologie d’impression "roll-to-roll", en bénéficiant du savoir-faire de l’entreprise française SURYS via un partenariat fort avec l’UTT (LabCom In-Fine)
  • Des sondes ADN et un mécanisme d’amplification génique très rapide fonctionnant à température ambiante sans alimentation (à la différence des dispositifs PCR) pour permettre une détection en une vingtaine de minute. Cette dernière technologie est issue d’une collaboration internationale avec PlasmonicTron et National Taiwan University, dont le département biomédical collabore depuis plusieurs années avec l’équipe L2n de l’UTT.